Me contacter

Les outils du mois

Chaque mois, découvrez de nouveaux outils pour faire du décodage biologique et suivez en direct mon travail d'auteur. Ce mois-ci : réel, imaginaire, symbolique ou virtuel.


Le cerveau inconscient ne peut pas faire la différence entre le réel, l'imaginaire, le symbolique et le virtuel. Il est obligé de tenir compte, de gérer et de solutionner la cause du stress et du conflit si la survie est en jeu.

La représentation de la réalité équivaut à la réalité pour le cerveau inconscient. Comme si = c'est.

Tout est donc fiction.

La pensée consciente est parfaitement à l'aise aussi bien dans le réel que dans l'imaginaire, le symbolique ou le virtuel. Le cerveau inconscient automatique par contre ne connaît ni le réel ni l'imaginaire (il ne fait pas la différence entre les deux, il n'en n'a pas le droit afin d'être le plus efficace possible dans sa réactivité biologique de survie), il ne connaît que (il transforme tout en) symbolique et virtuel. La symbolisation est une variété d'équations mathématiques.

Tout est donc équation.

Le symbole est un objet intrinsèquement double, qui signifie autre chose que lui-même, par l'intermédiaire d'un autre sens donné à sa propre nomination. Un symbole est un maximum d'information sur un minimum de support spatio-temporel. Il donne instantanément presque toute la solution (environ 90 %) sans la donner de manière totale (le 100 %) car il opère par le système de la comparaison approximative. C'est donc un outil très intéressant et très performant pour le cerveau inconscient qui travaille à chaque instant sur des milliards de données. Toutes ces données qui lui arrivent sont traitées en termes symboliques.

Certains symboles ont une valeur individuelle (ce que l'individu met lui-même dans le symbole), d'autres une valeur clanique (ce que le clan, le plus souvent familial, met dans le symbole) et d'autres une valeur universelle au niveau de l'espèce (ce que l'inconscient collectif de l'humanité met dans le symbole).