Me contacter

Les outils du mois

Chaque mois, découvrez de nouveaux outils pour faire du décodage biologique et suivez en direct mon travail d'auteur. Ce mois-ci : l'émigration.


L'émigration est une solution individuelle et collective pour pouvoir continuer à vivre par un système de changement de territoire, qui est une émanation de la très générale adaptation pour la survie.

Emigrer signifie quitter son pays pour s'établir dans un autre, momentanément ou définitivement, pour des raisons variées, mais toutes liées à la survie : raisons économiques (famine, pas de possibilité de trouver du travail), raisons religieuses (religion interdite voire persécutée par l'état d'origine), raisons politiques (opposants persécutés), raisons racistes, ainsi que les guerres en tous genres (invasion, colonisation, guerre civile...). Un être humain qui doit quitter son pays, son territoire ancestral, pour survivre en allant vivre dans un autre pays, n'est condamné ni à la mort ni à l'extinction de son clan familial de sang. Au contraire, il peut s'adapter et faire partir sa descendance d'un autre territoire si c'est une solution gagnante en termes de survie. C'est ce que vécurent tous les émigrés qui sont partis lorsque les conditions de survie étaient particulièrement pénibles sur leur lieu antérieur de vie. Tous gardèrent la nostalgie de leur pays d'origine. Pour leurs enfants cependant, ce fut plus facile de s'accoutumer immédiatement et complètement avec le pays d'accueil de leurs parents (l'acquis des parents devient l'inné des enfants).

L'émigration est à la source d'une double vie géographique. On est d'un autre pays, mais on reste encore du pays d'où l'on vient. On est d'ici mais toujours de là-bas. La nostalgie du pays d'origine est très forte, comme on le voit par exemple chez les émigrés italiens, même après plusieurs générations (notamment lors de la coupe du monde).

Les conflits personnels liés à l'émigration sont nombreux. La génération qui a émigré a vécu de grands stress où la survie était en jeu. C'est pour cela qu'elle a émigré. Au-delà des raisons évoquées ci-avant, il y a eu parfois des drames familiaux : le danger était à l'intérieur de la famille là-bas (par exemple un père violent, violeur), donc il valait mieux partir loin pour créer sa propre famille. L'émigration est génératrice d'une dévalorisation profonde qui va marquer toute la famille pendant plusieurs générations : dévalorisation d'avoir dû émigrer, dévalorisation d'être un émigré dans le pays hôte, de ne pas savoir parler la langue, de devoir faire un travail dégradant (mineur, carreleur, éboueur, travailleur en noir…).