Me contacter

Les outils du mois

Chaque mois, découvrez de nouveaux outils pour faire du décodage biologique et suivez en direct mon travail d'auteur. Ce mois-ci : le décodage biologique.


Le décodage biologique est une science humaine. Le décodage biologique apporte beaucoup de choses à ceux qui le pratiquent : un développement personnel, les clés de la guérison de la plupart des maladies et dysfonctionnements, un nouveau regard sur les maladies, la prise de conscience du rôle de l'amour (par le changement de regard sur les éléments conflictuels) comme moteur majeur de la guérison, une nouvelle façon d'appréhender le monde vivant (humain, animal et végétal) et de manière générale une ouverture vers une nouvelle compréhension du sens de la vie. Mais peut-il pour autant être considéré comme une philosophie ?

La théorie du décodage biologique, c'est d'une part celle du sens général de la maladie qui est une solution de survie envoyée dans le corps par le cerveau inconscient pour solutionner un conflit qui n'a pas été ou pas totalement été solutionné par la personne et que le cerveau inconscient considère comme vital en fonction des mémoires qu'il a encodées, mémoires familiales (parentales et généalogiques) ou personnelles. Les deux éléments principaux de cette théorie sont donc que :

- dans la vie matérielle, tout est programmé en termes de survie, tout, absolument tout, y compris et avant tout le fonctionnement de la centrale de commande du corps qui est le cerveau inconscient, y compris les maladies, y compris notre rapport au plaisir et à la souffrance, donc notre capacité d'accès à l'hédonisme ;

- dans la vie matérielle, tout est question de conflit et de solution de conflit, y compris les maladies et les guérisons, y compris le plaisir et la souffrance, donc si vous êtes capables de bien repérer, décoder et solutionner vos conflits, vous avez plus de chances de guérir et de jouir de la vie.

La théorie du décodage biologique, c'est d'autre part celle du sens particulier de chaque maladie. Les plus grands spécialistes en la matière ont réussi à identifier pour un très grand nombre de maladies, en se fondant sur la biologie, quel est le type de conflit qui est à son origine. En effet, le cerveau inconscient fonctionne dans une logique parfaite, il ne se trompe jamais et il envoie toujours dans le corps la solution matérielle qui correspond exactement au conflit qui reste en souffrance.

Le mot « décodage » vient de « code » qui désigne tout système rigoureux de correspondance entre des signes ou des ensembles de signes. Le décodage biologique doit donc être rigoureux pour fonctionner. Sinon cela ne marche pas. Ce qui n'est pas grave en soi si l'on suit son traitement médical. Si l'on n'a pas trouvé le conflit à l'origine de la maladie, on continue de chercher jusqu'à ce qu'on le trouve.

En didactique, décoder veut dire rétablir en langage clair un texte écrit en code. Le décodage biologique, c'est, avec l'aide de la langue (française en l'occurrence), rétablir en conscience un programme qui était inconscient, pour pouvoir y changer un élément qui rendait malade. La langue, parlée et écrite, est l'instrument privilégié du décodage, ce qui explique pourquoi nous utilisons l'étymologie comme outil, parmi d'autres.

Par extension, d'un point de vue technique, décoder est saisir le sens d'un message transmis par des signaux divers. Quand on est dans la recherche du sens, on est déjà dans la philosophie, non ?

Décoder se définit aussi comme étant l'action de décomposer les signes d'un code non identifiable et de les recomposer dans un nouveau code qui soit lui identifiable et compréhensible par celui qui y est connecté. Décoder, c'est donc reconstruire. Tout est reconstruction. Nous devenons les architectes de notre propre reconstruction.

Le mot « biologique » vient du grec « bios » = vie, et « logos » = science, parole, raison, discours. Le décodage biologique est donc le décodage de la vie matérielle par l'utilisation du langage et par l'étude des phénomènes communs à tous les êtres vivants. Toutes les nécessités vitales du corps sont ainsi expliquées dans le cadre d'un apprentissage, qui semble fort proche de l'étude d'une philosophie.

Si je me base sur cinq définitions du mot « philosophie » de mon dictionnaire Robert, je peux en conclure que le décodage biologique est en effet presque totalement une philosophie (disons à 90 %) :

- comme la philosophie, le décodage biologique est une connaissance par la raison, un savoir rationnel ;

- comme la philosophie, le décodage biologique est, chez ceux qui le pratiquent, l'expression d'une attitude rationnelle et libérale, dans le sens hédoniste du terme, à l'opposé de la morale ;

- comme la philosophie, le décodage biologique est un ensemble d'études, de recherches visant à savoir les causes premières, la réalité absolue, les fondements des valeurs humaines ; par contre, et c'est le seul point de divergence, la philosophie envisage les problèmes à leur plus haut niveau de généralité, alors que le décodage biologique vise l'application à chaque cas personnel (des pistes générales sont données pour permettre à chacun de trouver de quelle manière, unique, cela marche pour lui) ;

- comme la philosophie, le décodage biologique est un ensemble de conceptions et/ou d'attitudes, car l'un comme l'autre s'expriment non seulement dans les paroles et les écrits mais aussi et surtout dans les actes ;

- enfin, comme la philosophie, le décodage biologique est une conception générale de la vie matérielle, une vision méthodique de celle-ci et des problèmes qu'on y rencontre en vue d'aider à pouvoir les solutionner.

En conclusion, je me sens donc autorisé à dire que le décodage biologique est une philosophie de tous les êtres vivants.

Le décodage biologique est aussi une psychothérapie. La pratique du décodage biologique est l'utilisation de ce savoir au cours soit d'introspections personnelles suite à la déclaration d'une maladie, soit de consultations individuelles ou familiales, centrées sur une maladie ou une problématique particulière, avec l'aide d'un(e) psychothérapeute.

La prise de conscience du conflit biologique dans ses différentes étapes (mémoires familiales, mémoires personnelles, conflit programmant et conflit déclenchant) dans le vécu personnel de l'être vivant et la solution du conflit biologique permettent de basculer vers la guérison, puisque, la logique du dysfonctionnement étant élucidée et solutionnée, celui-ci n'a plus de raison d'être, n'a plus de sens. Ainsi le dysfonctionnement disparaît et l'être vivant guérit.

Toute la cascade des liens entre les conflits parentaux, les conflits programmant et le conflit déclenchant est la chose principale à mettre en évidence dans le cadre d'une psychothérapie de décodage biologique.

Tout l'art du psychothérapeute en décodage biologique est de faire prendre conscience à son patient de ce qui est enfoui dans son inconscient et de faire remonter cette information à la conscience en la débarrassant de tout son stress.

Lors d'une thérapie de décodage biologique, seule doit compter la mise en évidence de la réalité objective (en comparaison avec la vision fausse qu'en avait le patient), qui seule peut permettre de guérir.

Sur 100 % du conflit, 99 % est psychologique et conscient (le patient rumine ses idées noires, il sait qu'il est en conflit), et 1 % est biologique et inconscient. C'est ce 1 % dont il doit prendre conscience afin de déprogrammer la maladie. Cette partie inconsciente n'apparaît pas au premier abord, il faut chercher jusqu'à ce qu'on ait vraiment compris, que cela soit reconnu en vérité, en réalité et en évidence naturelle.

Si on n'a pas de pistes à disposition (par exemple pour les maladies rares), on peut chercher par soi-même, à partir de ce que le la maladie provoque dans le corps, à quel conflit cette maladie pourrait être une solution biologique. On peut ensuite vérifier en pratique avec la personne qui en est atteinte.

Pour trouver le conflit biologique, qui conditionne toute l'histoire de la maladie, il est important de comprendre la correspondance entre les facteurs coercitifs de pression de milieu qui imposent la situation conflictuelle et le manifesté biologique à l'intérieur du patient, qui est la tentative la plus exacte et précise de donner une solution au problème dans le domaine de la biologie.

Si on veut aider le patient et si on veut l'amener à la guérison, il est capital de trouver ce que la maladie représente exactement dans son cerveau (l'exact représenté inconscient du conflit dans la tête du patient).

Le psychothérapeute doit porter son attention à tout ce qui se passe durant la consultation et en particulier à la dissociation entre ce que dit le patient et ce que son corps exprime lorsque celui-ci donne des informations. En effet, d'une manière générale et à l'insu de lui-même, le patient se piège lui-même et risque de piéger le psychothérapeute.

Les séances de décodage biologique sont très puissantes, c'est pourquoi le psychothérapeute doit toujours avoir présent à l'esprit l'aspect déontologique de son art. Il convient de bien peser son action thérapeutique en ne dérogeant jamais à la première de toutes les règles de sagesse : primum non nocere.